Recettes Provencales de Ma Grand-Mere PDF

Un blog aux petits soins pour recettes Provencales de Ma Grand-Mere PDF peau, aux petits soins pour soi. Abonnez-vous pour être averti des nouveaux articles publiés. Cousin du lys et du muguet, en habit vert et robe blanche, et à l’odeur tenace et pénétrante, l’ail est un remède médicinal depuis l’Antiquité.


Le lot premier des femmes était, à la fin du XIXe et jusqu’au milieu du XXe siècle, de bien gérer la maison et d’élever les enfants. Elles avaient fort à faire. En règle générale, elles avaient souvent une famille nombreuse de six ou sept enfants, qui évoluait dans une maison où le confort n’était pas encore forcément entré. J’ai personnellement connu la cabane au fond du jardin… J’espère que tous, vous avez eu l’immense chance d’avoir une grand-mère, une bonne grand-mère. L’enfance est grâce à elle, l’un des plus doux moments de la vie.

Originaire de l’Asie Centrale, il a été adopté par les Egyptiens qui l’élevèrent au rang de divinité. Les pharaons donnaient de l’ail aux ouvriers des pyramides afin de leur donner des forces et les protéger des épidémies. Les Egyptiens en faisaient aussi des colliers pour les enfants afin d’en tenir éloignés les parasites. Dans la Grèce Antique, les athlètes et lutteurs athéniens en consommaient pour acquérir force et courage. Le médecin Gallien en vantait les mérites, et Dioscoride le préconisait comme tonique, vermifuge, diurétique, et comme traitement contre les éruptions de la peau, maux de dents, et bien d’autres affections encore. Homère célébrait cette plante comme « propre à détruire les venins et les enchantements ». Ainsi Hermès dans l’Odyssée conseillait l’ail à Ulysse pour le protéger des enchantements de la magicienne Circé.

De même au Moyen Age, l’ail était considéré comme un remède sans égal, et les moines le faisaient pousser en abondance dans les jardins des couvents. Vinaigre d’ail, pour désinfecter et panser plaies et ulcères, et pour soulager les douleurs rhumatismales. 2 litre de vinaigre pendant dix jours. Broyez intimement 2 gousses d’ail dans 2 à 3 cuillerées à soupe d’huile d’olive. Onguent autrement appelé « huile d’ail », « moutarde de curé » ou « moutarde du diable ». Préparé simplement en broyant de l’ail avec du saindoux ou de l’huile, il soulage, en frictions ou massages, les foulures et les douleurs musculaires et rhumatismales. Cataplasmes contre les cors aux pieds et les verrues.