Prenez la responsabilité de vos finances : Et osez l’abondance ! PDF

Malgré notre grande maison, mes parents prenez la responsabilité de vos finances : Et osez l’abondance ! PDF choisi de les laisser dehors toute la journée. S’il y avait du danger ?


L’argent est une substance particulière et complexe, et un sujet explosif qui nous touche tous.
Car l’argent est partout, inévitable, malheureusement ou heureusement irremplaçable !
Ceux qui s’intéressent à l’argent prennent aujourd’hui le risque d’être identifiés comme des capitalistes cupides et sans coeur. Mais ceux qui ne s’y intéressent pas prennent des risques plus graves encore : celui d’en manquer d’abord, mais aussi celui de laisser le pouvoir de l’argent aux autres. Car l’argent a bel et bien un pouvoir : il nous révèle qui nous sommes, nous donne les moyens d agir, donne de la valeur à notre temps. L’argent est un outil puissant que nous ne devrions ni ignorer, ni condamner, mais plutôt apprivoiser et utiliser à bon escient. C’est une énergie que nous pouvons mettre à notre service, à condition de changer notre manière de considérer l’argent, et surtout, d’accepter de prendre la responsabilité de nos finances personnelles. Trop de personnes en effet ont confié à d’autres la responsabilité de leurs finances.
Un petit livre interactif et pratique, il vous invite à vous interroger sur la manière dont vous gérez l’argent et la place qu’il occupe dans votre vie.

Chiens, chats errants, voitures, vélos, vilains garçons jeteurs de pierres. Autant de choses pouvant tuer, mutiler ou blesser nos petites boules de poils. Et pourtant, chaque soir les matous rentraient défoulés, rodés au monde extérieur et heureux de retrouver leur chaleureuse demeure. Ne sommes-nous pas comme eux ? Tels des chats d’appartement, nous pouvons rester cloîtrés chez nous toute une vie sans jamais appréhender le monde qui nous entoure.

Et bien, il en va de même avec notre travail. La pression sociale ne nous définit plus que par notre emploi. Formatés par cette idée de vivre pour travailler, nous devenons de dociles petits soldats de l’économie. Mais le bon soldat aussi a besoin de se rebeller. D’autant que mon titre n’est que subjectif. Au fond je me sens inutile. Il serait peut-être temps de quitter votre taf non ?