Naissance De L’Ecriture: Cuneiformes Et Hieroglyphes PDF

En pratique : Naissance De L’Ecriture: Cuneiformes Et Hieroglyphes PDF sources sont attendues ? Si ce bandeau n’est plus pertinent, retirez-le. La mise en forme du texte ne suit pas les recommandations de Wikipédia : il faut le  wikifier . Les points d’amélioration suivants sont les cas les plus fréquents.


Le détail des points à revoir est peut-être précisé sur la page de discussion. Les titres sont pré-formatés par le logiciel. Ils ne sont ni en capitales, ni en gras. Le gras n’est utilisé que pour surligner le titre de l’article dans l’introduction, une seule fois. L’italique est rarement utilisé : mots en langue étrangère, titres d’œuvres, noms de bateaux, etc. Les citations ne sont pas en italique mais en corps de texte normal. Elles sont entourées par des guillemets français :  et .

Les listes à puces sont à éviter, des paragraphes rédigés étant largement préférés. Créez des liens vers des articles approfondissant le sujet. Les termes génériques sans rapport avec le sujet sont à éviter, ainsi que les répétitions de liens vers un même terme. Les liens externes sont à placer uniquement dans une section  Liens externes , à la fin de l’article. Ces liens sont à choisir avec parcimonie suivant les règles définies. Pour une aide détaillée, merci de consulter Aide:Wikification.

Si vous pensez que ces points ont été résolus, vous pouvez retirer ce bandeau et améliorer la mise en forme d’un autre article. Les conditions et mécanismes ayant présidé à l’apparition de l’écriture en Mésopotamie à la fin du IVe millénaire av. Depuis quelques années, une telle approche doit pourtant être nuancée, voire corrigée. Telle que nous la saisissons à ses débuts, l’écriture apparaît déjà organisée sur des principes qui, pour autant que nous les comprenions, n’évoluèrent guère au cours des millénaires suivants.

Pourtant, notre compréhension de la genèse du système est encore loin d’être acquise. Mésopotamie s’écrit encore en pointillés et les blancs sont encore loin d’être comblés. Principaux sites de Mésopotamie durant la Période d’Uruk. En outre, comme le révèlent les rapports de fouilles, l’identification du niveau archéologique auquel sont associés ces documents fut justement conditionnée par la présence des tablettes elles-mêmes. Ce qui revient à dire de manière tautologique qu’ayant servi de marqueurs chronologiques, les tablettes ont été datées à partir d’elles-mêmes. En réalité, seules sept d’entre elles ont été découvertes sur leur sol d’origine.

Par chance, le site de fouilles de l’acropole de Suse offre une situation toute différente qui permet de contourner les difficultés. Homme barbu, peut-être un  roi-prêtre , période d’Uruk, c. L’extension des voies fluviales et terrestres, l’invention de la roue ou l’utilisation de certaines espèces comme animaux de bât, associés au gigantisme de ce qu’il est alors convenu d’appeler des cités, explique probablement le développement des réseaux économiques interurbains entre la métropole et ses villes vassales. Comprendre pour quelles raisons de tels documents firent leur apparition à ce moment précis de l’Histoire pose avant toutes choses le problème de leur interprétation. Malheureusement, leur ancienneté comme leur originalité semblaient reléguer dans le domaine de l’illusoire ou de l’hypothétique toute tentative de déchiffrement.

La documentation comptable constitue, de loin, la masse la plus importante de ces textes archaïques. De manière assez générale, on y traite d’opérations gestionnaires concernant des produits céréaliers, des produits laitiers, des inventaires de troupeaux ou de personnel et même de calculs prévisionnels sur les rendements des champs et des cheptels. Les listes lexicales constituent pour leur part un ensemble d’environ 650 tablettes formant les duplicata de 14 listes différentes. Si l’on excepte les textes  scolaires , qui témoignent de l’existence d’une instance formatrice des scribes, c’est donc une documentation majoritairement liée à des préoccupations gestionnaires ou économiques qui fait son apparition au cours de la période d’Uruk récent. Utilisés depuis la fin de la culture de Halaf, autour de la première moitié du Ve millénaire av.

Leur analogie avec les cailloux qui servaient à l’apprentissage du calcul leur valant l’appellation de calculi. Sceau-cylindre de la période d’Uruk avec son empreinte. La surface de ces bulles est occupée par des déroulements de sceaux-cylindres tandis que des encoches, obtenues par application d’un calame ou peut-être par impression d’un calculus, signalent à l’extérieur le contenu de l’enveloppe. L’usage de ces objets reste relativement flou. D’aucuns y voient une sorte de bordereau accompagnant une transaction. Les sceaux garantissant l’intégrité de l’enregistrement tandis que les marques indiqueraient les quantités de biens engagés dans l’opération.

Si l’on admet le passage de la bulle à la tablette, ce dont semble témoigner la stratigraphie de Suse, il convient de constater que le système d’enregistrement se fait quant à lui plus complexe. En outre, comme l’a montré J. Glassner, quelques signes montrent qu’une analyse en unité phonologiques est également en jeu dans le système. Comme on le voit, si dès l’origine, la dimension phonique constitue très certainement une des caractéristiques du système, il n’en demeure pas moins qu’à ce jour trop peu d’éléments permettent de penser l’étendue de son champ d’application. Si, d’un point de vue paléographique, la documentation archaïque révèle des étapes dans l’évolution de l’écriture, les principes qui présidèrent à sa genèse restent pourtant difficiles à apprécier. Le caractère fortement stéréotypé des signes les plus anciens a ainsi encouragé certains à supposer l’existence d’un système symbolique précurseur. S’il est indéniable, en effet, que des similitudes de formes existent entre quelques signes archaïques et certains de ces jetons, force est de constater que leurs ressemblances restent souvent très vagues.