Les monuments aux morts de la Haute-Savoie : Mémoire de la Grande Guerre PDF

Contactez le propriétaire de cette base. Relevés de personnes ayant effectué le même métier, ou victimes des mêmes les monuments aux morts de la Haute-Savoie : Mémoire de la Grande Guerre PDF. 2015 – Lien supprimé – Alors que nous faisions la promotion pour ce site !


Des maris par milliers… Morts familiers ou morts anonymes… Héros ou victimes… Comme la France entière, la Haute-Savoie se couvre de monuments commémoratifs au lendemain de la Grande Guerre. Modestes ou imposants, ordinaires ou originaux, tous expriment la souffrance individuelle et collective. Mais leurs moyens sont variés et cette variété dessine une géographie des sensibilités politiques et religieuses de la Haute-Savoie contemporaine. Canton après canton, commune après commune, Christian Sorrel invite avant tout le lecteur à voir les monuments, tout en lui proposant des clés pour les lire. Une manière originale d’appréhender la Grande Guerre en partant du regard des contemporains que la mémoire des combattants, monumentale ou privée, a aidés à survivre et à revivre.

Est-ce que cette personne demande aussi aux moteurs de recherches de ne pas référencer son site ? Relevés et Dépouillements gratuits des registres paroissiaux et d’état civil. 000 actes en accès gratuit pour tous. Actes d’Etat Civil – BMS – Archives. Ceux-ci sont accordés en adhérant à une association. Rodovid est un « arbre généalogique wiki » multilingue. Il facilite la saisie et la sauvegarde de sa propre généalogie tout en permettant de la compléter en la liant à celles des autres.

Les arbres sont communautaires, ce qui permet d’éviter une dispersion et une multiplication de doublons. Attention parfois certains des sites listés sont payants ! Ancêtres sur neuf générations – plus de 3 200 personnes. Rappel : Les ouvrages présents dans les bibliothèques de section peuvent être empruntés.

Garde Impériale An 7 à 1815. Combattre pour la France en Amérique. Chartres, le quartier Saint-Pierre et Porte Morard. Classes populaires urbaines au 18ème Siècle. Vivre et mourir dans une ville d’Eure et Loir au 18ème Siècle. Mouvement social de Chartres au 16ème Siècle.

Les Corvées les Yys, Au nom de l’Histoire. Glossaire des parlers d’Eure et Loir,  Beauce et Perche. Glossaire des parlers d’Eure et Loir Beauce et Perche. Dans tout le pays, les mairies, les écoles, les places et les jardins publics voient fleurir plaques et monuments financés par les associations d’anciens combattants et les communes. Les motifs les plus fréquemment employés y sont la victoire, Germania, l’aigle aux ailes déployées, ou l’obélisque, emblèmes traditionnels des vainqueurs.

Cette prolifération de monuments est favorisée par une loi de 1890 qui confie la responsabilité de leur érection aux communes. 1870, en particulier lors du jour de la victoire, ou pour le 25e et le 40e anniversaires en 1896 et en 1911. Le consul Napoléon Bonaparte prévoit, au moment de son départ pour la campagne de Marengo, de laisser à la postérité le nom des hommes morts en combattant pour la France. Des monuments sont également érigés pour commémorer les soldats morts lors de la guerre franco-prussienne de 1870 et des guerres coloniales. Article détaillé : Monument aux morts de la guerre de 1870 en France. En 1889, Vic-en-Bigorre vote une subvention de 1 500 francs pour un monument en l’honneur des morts de la guerre de 1870. Exécuté par le sculpteur vicquois Edmond Desca, et inauguré en 1894, La Revanche représente un guerrier farouche armé d’un gourdin.

En 1895, la ville de Montauban commande au sculpteur Antoine Bourdelle un Monument aux Combattants et Défenseurs du Tarn-et-Garonne de 1870-71. La colonne Nelson, à Londres, n’est associée qu’au nom du héros vainqueur de Trafalgar, l’amiral Nelson. Angleterre combattant les Boers de l’actuelle Afrique du Sud. La Première Guerre mondiale qui se déroula de 1914 à 1918 est la principale guerre commémorée par les monuments aux morts. Cette guerre a mis en jeu plus de soldats, provoqué plus de décès et causé plus de destructions matérielles que toute guerre antérieure. Le deuil de la Grande Guerre a déterminé les communes à rendre hommage à leurs morts pour la Patrie. Quelques très rares communes n’ont pas de monument aux morts, par exemple Thierville dans l’Eure, n’ayant pas eu de morts parmi ses habitants pendant les guerres depuis 1870.