Les fantômes du muet PDF

La mise en forme du texte ne suit pas les recommandations de Wikipédia : il faut le  wikifier . Les points d’amélioration suivants sont les cas les plus fréquents. Le détail des points à revoir est peut-être précisé sur la page les fantômes du muet PDF discussion. Les titres sont pré-formatés par le logiciel.


Ils ne sont ni en capitales, ni en gras. Le gras n’est utilisé que pour surligner le titre de l’article dans l’introduction, une seule fois. L’italique est rarement utilisé : mots en langue étrangère, titres d’œuvres, noms de bateaux, etc. Les citations ne sont pas en italique mais en corps de texte normal.

Elles sont entourées par des guillemets français :  et . Les listes à puces sont à éviter, des paragraphes rédigés étant largement préférés. Créez des liens vers des articles approfondissant le sujet. Les termes génériques sans rapport avec le sujet sont à éviter, ainsi que les répétitions de liens vers un même terme.

Les liens externes sont à placer uniquement dans une section  Liens externes , à la fin de l’article. Ces liens sont à choisir avec parcimonie suivant les règles définies. Pour une aide détaillée, merci de consulter Aide:Wikification. Si vous pensez que ces points ont été résolus, vous pouvez retirer ce bandeau et améliorer la mise en forme d’un autre article.

Si ce bandeau n’est plus pertinent, retirez-le. Précédemment, dès 1892, Émile Reynaud, qui, le premier, organise des projections de fictions animées sur grand écran, apporte la preuve qu’un spectacle d’images animées se doit d’être accompagné d’une musique soulignant les ambiances et expliquant les non-dits. Le Chanteur de jazz, en 1927. Au cours des projections,  les spectateurs sont enthousiasmés car, ô miracle ! Wait a minute, wait a minute, you ain’t heard nothin’ yet ! Le succès public de ce court film est immense, à tel point que la Warner prend le risque financier de produire dans la foulée un long métrage de quatre-vingt-dix minutes, Le Chanteur de jazz. Ces projections sonores, qui enchantent les spectateurs, sonnent la fin du cinéma muet.