Les approches de la coordination en sciences sociales PDF

21-23 mars 2007            L’Action française. Assemblées et Parlements dans le monde, du Moyen-Age à les approches de la coordination en sciences sociales PDF jours.


Les contributions qui composent cet ouvrage confrontent les questions et les solutions inscrites dans les problématiques de philosophes, de juristes, de gestionnaires et d économistes. Trois thèmes généraux sont privilégiés. Dans Etat et entreprises, la question de la coordination est abordée comme problème de gestion privée ou de gestion publique. Dans Les limites du marché, l inefficacité possible de l ordre marchand est déclinée comme défaut de coordination ou comme défaut de coopération. Dans Les élargissements de la rationalité, certains problèmes de coordination ou de coopération sont résolus en amendant l hypothèse traditionnelle de rationalité.
La question de la coordination est transversale aux sciences sociales, qui toutes s intéressent au lien social. Spécifiquement, l expression de coordination apparaît adéquate à la problématique moderne du lien social. D une part, elle se démarque du terme de subordination, plus pertinent pour décrire les sociétés holistes caractérisées par une hiérarchie donnée de l ensemble social. D autre part, la coordination interindividuelle émerge comme problème sous le régime social moderne, dans la mesure où celui-ci pose la primauté de l individu indépendant.
En dépit de rapprochements récents, la sociologie et l économie ont longtemps apporté des réponses essentiellement opposées à cette question de l intégrité des sociétés individualistes. La sociologie a essentiellement avancé les « normes sociales » intériorisées par l homo sociologicus comme ciment de l « ordre » social. L économie a spécifiquement mobilisé la « concurrence marchande » animée par l homo oeconomicus comme source de l « équilibre » social. L économie occupe une place singulière au sein des sciences sociales. En partant d un postulat d individu indépendant saisi comme rationnel, elle a développé la thèse paradoxale d un ordre spontané émergeant des comportements individuels intéressés, selon la célèbre figure smithienne de la main invisible. Ce faisant, l économie politique a proposé une justification conséquentialiste de l action égoïste, et elle a assuré l autonomie d un social dès lors auto-soutenu, indépendamment de toute volonté de faire société. « L avènement de l individu » mène aussi à « la découverte de la société », c est-à-dire à la conception d une objectivité du social dont la sociologie pourra faire son objet d étude.

Le Centre national des Indépendants et Paysans. François Mitterrand, de nombreuses manifestations ont célébré ou analysé sa présidence, qui fut la plus longue de notre histoire. Mais on ne s’est pas intéressé à un aspect pourtant capital de sa carrière politique, c’est-à-dire la vie parlementaire. Institut François Mitterrand et de la Fondation Jean-Jaurès. Université de Picardie Jules Verne organise, avec le soutien du CHPP, un colloque consacré à la carrière politique locale et nationale de Max Lejeune. Max Lejeune fut député puis sénateur de la Somme près de 60 ans, président du Conseil général de la Somme de 1945 à 1988 et maire d’Abbeville de 1947 à 1989.

Il participa à de nombreux gouvernements de la Quatrième République. Dans celui du général de Gaulle, de juin 1958 à janvier 1959, il fut ministre du Sahara. Max Lejeune mena l’essentiel de sa carrière politique au sein du parti socialiste avant d’en être exclu au début des années 1970 puis de rejoindre l’UDF. Il a considérablement marqué la vie locale de la Somme, en réalisant la reconstruction d’Abbeville après la Seconde Guerre mondiale puis en dirigeant le département.