Le Comte de Monte-Christo.Partie 3 PDF

Pourquoi préparer votre voyage avec minube? Découvrez ce que nos utilisateurs pensent de la communauté de voyageurs qui les le Comte de Monte-Christo.Partie 3 PDF à parcourir le monde.


Le Comte de Monte-Christo, par Alexandre Dumas. Illustré par G. Staal, J.-A. Beaucé, etc.. Partie 3
Date de l’édition originale : 1860

Ce livre est la reproduction fidèle d’une oeuvre publiée avant 1920 et fait partie d’une collection de livres réimprimés à la demande éditée par Hachette Livre, dans le cadre d’un partenariat avec la Bibliothèque nationale de France, offrant l’opportunité d’accéder à des ouvrages anciens et souvent rares issus des fonds patrimoniaux de la BnF.
Les oeuvres faisant partie de cette collection ont été numérisées par la BnF et sont présentes sur Gallica, sa bibliothèque numérique.

En entreprenant de redonner vie à ces ouvrages au travers d’une collection de livres réimprimés à la demande, nous leur donnons la possibilité de rencontrer un public élargi et participons à la transmission de connaissances et de savoirs parfois difficilement accessibles.
Nous avons cherché à concilier la reproduction fidèle d’un livre ancien à partir de sa version numérisée avec le souci d’un confort de lecture optimal. Nous espérons que les ouvrages de cette nouvelle collection vous apporteront entière satisfaction.

Pour plus d’informations, rendez-vous sur www.hachettebnf.fr

L’allemand, au contraire de certaines autres langues indo-européennes, a conservé de nombreux éléments du caractère flexionnel de l’indo-européen commun. Le principal porteur de la flexion est le déterminant. Lorsqu’il ne porte pas de flexion ou lorsqu’il est absent, c’est alors l’adjectif épithète qui porte la flexion, autrement dit la déclinaison de l’adjectif dépend de la présence et de la nature du déterminant. Voir plus bas, la déclinaison faible de l’adjectif. En effet, l’équivalent allemand du pluriel de l’article indéfini français  des  est l’absence d’article. Le nom allemand subit au cours de sa déclinaison des changements très limités en comparaison de langues anciennes telles le latin, de langues modernes telles la plupart des langues slaves ou, dans le domaine germanique, l’islandais. Enfin, les noms masculins et neutres prenaient un -e au datif singulier, mais cette désinence est aujourd’hui désuète.

La plupart des noms se déclinent selon la déclinaison forte, tandis que quelques masculins peuvent se décliner selon la déclinaison faible. Les mots admettant le pluriel d’origine étrangère en -s, en -ta ou en -i ne prennent pas le -n au datif pluriel. Vertrauens würdig, le s de Freiheitswert ne provient pas de der Freiheit wert. Au génitif masculin et neutre singulier la désinence -es a tendance à disparaître au profit de -s, surtout pour les mots de plus d’une syllabe. Les noms propres masculins et féminins prennent une flexion lorsqu’ils ne sont pas accompagnés d’un article.

On parle alors de génitif saxon. Si ces noms se terminent en -s ils peuvent être invariables ou prendre la terminaison -ens. Accompagnés d’un article, ils sont invariables. Note : pour des objets, ces suffixes peuvent ou non entraîner le caractère masculin faible. Bauer, Nachbar, Herr et les masculins faibles en -e prennent la flexion -n.