La Voie de l’Amour – La Guerrière Spirituelle PDF

QUELQUES ARTICLES ISLAMOLOGIQUES DISPONIBLES SUR ACADEMIA. La Voie de l’Amour – La Guerrière Spirituelle PDF donc sont passés les « polythéistes d’avant l’islam »?


Au cœur de ses expériences, Viviane va découvrir la portée particulière d’une Guerrière Spirituelle : « … Je sais qu’il ne suffit pas du tranchant d’une épée pour se protéger et abattre l’ennemi supposé extérieur mais bien d’une autre arme, beaucoup plus puissante à détrôner un ennemi intérieur, dont la véritable Brillance de lame me renvoie chaque fois l’image de qui je suis réellement. J’en découvre enfin la Puissance de son énergie : L’AMOUR. Si, à travers ce cheminement expérimental je l’ai brandi des milliers de fois, alors oui, c’est cela être une Guerrière Spirituelle car ce n’est qu’en traversant ses expériences d’Amour que j’ai pu comprendre et intégrer la puissance significative de mon rôle au coeur de l’humanité ». Dans sa quête continuelle de vérité, Viviane pousse ses recherches avec Pugnacité, pour arriver à comprendre le véritable sens de la Vie. À travers la peinture médiumnique et l’Art-Thérapie, qu’elle se plait à parfaire chaque jour, elle découvre le véritable Pouvoir de l’Être et de l’Amour, l’incitant à aller toujours plus loin, jusqu’à ce qu’elle consacre enfin sa propre Déité qui, inévitablement place ses voyages en expansion de conscience au coeur de la multi-dimensionnalité de l’Être. Lorsque sa conscience évolue sur d’autres plans d’existence, elle est initiée aux soins par les Officiants Energétiques de la planète Omëzé, ce qui la conduit alors vers la vastitude incomparable de l’Unité où son « je » individuel se transmute en JE cosmique. C’est ainsi qu’elle apprend à se connecter consciemment au Champ de Conscience Cosmique et à concevoir l’état de Présence qui lui permet d’accéder en toute liberté au plan de Guérison Planétaire. Se rendant ainsi libre à toute expression, en compagnie de ses Guides, elle élève « L’Oracle de Viviane » : Un jeu de 72 cartes Symboliques Initiatiques composées chacune d’une toile originale et d’un message de l’Énergie Angélique. Avec Reconnaissance et simplicité, Viviane vous convie, à parcourir avec elle, « La Voie de l’Amour ».

Ex-éditorial : faut-il s’étonner de la volonté expansionniste islamique ? Les « esséniens » ne sont plus à Qumrân. Qui sont les chrétiens du Coran ? QUELQUES ARTICLES ISLAMOLOGIQUES DISPONIBLES SUR LE ACADEMIA. Idem,            Ist der Qur’ān in Mekka oder Medina entstanden?

Tommaso Tesei, Uri Rubin, « Qur’ānic Aspects of Jewish Messianism. The Case of Q 17:103-104 and Q 7:159 ». Lecture at the Van Leer Jerusalem Institute, July 13th 2014, Jerusalem. Il est impossible de présenter ce livre sans le situer dans son contexte.

C’est tardivement qu’il s’est intéressé au Coran. Nous devrons donc regarder la traduction de 2008 à la lumière de l’étude parue en 2005 et également de la recension que l’auteur lui-même en a faite en 2008. Qui sont les nazaréens du Coran ? Jésus : Prenez-moi et ma mère pour deux divinités en dehors de Dieu ? L’impasse serait de considérer que le texte coranique désigne ici Marie, mère de Jésus, car il n’y a pas le moindre indice nulle part de l’existence d’un groupe qui ait jamais divinisé Marie. Voilà qui expliquerait pourquoi le Coran s’en prend de mille façons à la foi chrétienne.

L’auteur défend l’idée du grand flou qui entourerait les débuts de tout phénomène religieux. Entre ces deux extrêmes, n’existe-t-il pas une autre approche possible ? Tout historien rencontre une difficulté avec le matériel islamologique, en ceci qu’on ne peut pas s’appuyer sur les hadith-s avant de comprendre pourquoi et comment ils ont été fabriqués, et il en est de même pour la Sîrah ou biographie de Muhammad composée deux siècles après les faits supposés. Alfred-Louis de Prémare l’a montré mieux que quiconque. On ne fait pas d’histoire en négligeant des documents aussi importants.

Le hadith manquait certes dans l’édition de 2005 du Messie et son prophète mais figure depuis longtemps sur ce site. Dans sa recension au demeurant subtile et détaillée, Joachim Gnilka a remarquablement exposé la difficulté qui était la sienne, et qui touche effectivement une question centrale. Entre un Muhammad hyperpotent et un Muhammad inexistant, le personnage historique réel apparaît et prend forme. Si l’on met de côté l’horreur du Soudan actuel, la palme du délire islamique politique et collectif revient à l’Egypte.

Le parlement, note Marie-Gabrielle Leblanc, siège depuis des jours sur ce grave sujet. On voudrait chauffer l’opinion qu’on ne ferait pas mieux. Depuis longtemps, le gouvernement ourdissait un projet de destruction des quartiers chrétiens pauvres du Caire, ceux des chiffonniers, en déplaçant ceux-ci par force dans le désert, loin au sud du Caire. Tuer les porcs à défaut des juifs. Selon le cheikh Ahmad Ali Othman, inspecteur des affaires relatives à la Dawa au ministère égyptien des cultes, les porcs d’aujourd’hui descendent des juifs. Dois-je vous indiquer quelque chose de pire que cela, le traitement administré par Allah ? Othman explique que ce verset se réfère au peuple de Moïse, et que les commentateurs musulmans Ibn Kathir, At-Tabari et Al-Qassimi en apportent les preuves dans leurs ouvrages.

Repeindre en vert la Maison Blanche ? Certains voient tout en noir, d’autres tout en rose. La fin du mois de septembre 2008, qui coïncidait quasiment avec la fin du mois islamique de ramadan, a été marquée à New York par l’illumination en vert de l’Empire State Building. Que Diable, le Grand Satan américain décore un de ses monuments emblématiques à la gloire de l’islam ! En Europe, on n’est pas en reste. Les musulmans contribuent pour une large part au succès du pays, à notre prospérité, à notre culture et c’est l’occasion de rendre hommage à la contribution de l’islam à la Grande-Bretagne mais aussi au monde entier ».

On peut se demander sans rire quels buts poursuivent les représentants du « Grand Satan » ou de ses alliés. Et d’abord, leur « bonne volonté » affichée convainc-t-elle ? En parcourant le web, on peut en douter. Mais de la part de qui ?