L’Univers, les dieux, les hommes PDF

C’est, selon le Charmide de Platon, le plus ancien des trois préceptes qui furent gravés à l’entrée du temple de Delphes. Peinture allégorique du XVIIe siècle avec l’inscription en latin L’Univers, les dieux, les hommes PDF te ipsum. Connais-toi toi-même socratique assigne à l’homme le devoir de prendre conscience de sa propre mesure sans tenter de rivaliser avec les dieux. Se connaître et être sain d’esprit est propre à tous les hommes.


Thalès est l’auteur du fameux  Connais-toi toi-même  qu’Antisthène dans son Livre des Filiations attribue à la poétesse Phémonoé, en déclarant que Chilon se l’appropria mensongèrement. Ruines du temple d’Apollon à Delphes, qui comportait cette inscription sur son fronton. On trouve plusieurs mentions du  Gnothi seauton  dans les textes de Platon. J’irais presque jusqu’à dire que cette même chose, se connaître soi-même, est tempérance, d’accord en cela avec l’auteur de l’inscription de Delphes. Je m’imagine que cette inscription a été placée au fronton comme un salut du dieu aux arrivants, au lieu du salut ordinaire  réjouis-toi , comme si cette dernière formule n’était pas bonne et qu’on dût s’exhorter les uns les autres, non pas à se réjouir, mais à être sages. C’est en somme une espèce de vice qui tire son nom d’une habitude particulière, et cette partie du vice en général est une disposition contraire à celle que recommande l’inscription de Delphes.

C’est du précepte : Connais-toi toi-même, que tu parles, Socrate ? Oui, et le contraire de ce précepte, dans le langage de l’inscription, serait de ne pas se connaître du tout. Allons, mon bienheureux Alcibiade, suis mes conseils et crois-en l’inscription de Delphes : Connais-toi toi-même, et sache que nos rivaux sont ceux-là et non ceux que tu penses et que, pour les surpasser, nous n’avons pas d’autre moyen que l’application et le savoir. Connais-toi toi-même et tu connaîtras l’univers et les dieux. Quel est le sens, quel est l’auteur du précepte sacré qui est inscrit sur le temple d’Apollon, et qui dit à celui qui vient implorer le Dieu : Connais-toi toi-même ?