L’Aventurière : comédie en 4 actes en vers PDF

Please forward this error screen to cloud1. Please forward this error screen to cloud1. Photoglyptie d’Émile Augier l’Aventurière : comédie en 4 actes en vers PDF Adam-Salomon vers 1870. Maison natale d’Émile Augier à Valence.


L’Aventurière : comédie en 4 actes en vers [Paris, Comédie Française, 10 avril 1860] / par Émile Augier
Date de l’édition originale : 1860

Ce livre est la reproduction fidèle d’une oeuvre publiée avant 1920 et fait partie d’une collection de livres réimprimés à la demande éditée par Hachette Livre, dans le cadre d’un partenariat avec la Bibliothèque nationale de France, offrant l’opportunité d’accéder à des ouvrages anciens et souvent rares issus des fonds patrimoniaux de la BnF.
Les oeuvres faisant partie de cette collection ont été numérisées par la BnF et sont présentes sur Gallica, sa bibliothèque numérique.

En entreprenant de redonner vie à ces ouvrages au travers d’une collection de livres réimprimés à la demande, nous leur donnons la possibilité de rencontrer un public élargi et participons à la transmission de connaissances et de savoirs parfois difficilement accessibles.
Nous avons cherché à concilier la reproduction fidèle d’un livre ancien à partir de sa version numérisée avec le souci d’un confort de lecture optimal. Nous espérons que les ouvrages de cette nouvelle collection vous apporteront entière satisfaction.

Pour plus d’informations, rendez-vous sur www.hachettebnf.fr

Petit-fils du romancier Guillaume Pigault-Lebrun, Émile Augier naît à Valence dans un milieu bourgeois. Son père, Victor Augier, est avocat à la cour de cassation. Il devient en 1848 le bibliothécaire de son ancien condisciple, Henri d’Orléans, duc d’Aumale. Ce début tonitruant lance sa carrière dramatique, qui est dès lors ponctuée de grands succès.

En 1862, Le Fils de Giboyer, qui attaque le cléricalisme, n’est joué que sur l’intervention personnelle de Napoléon III. Sa dernière comédie, Les Fourchambault, est jouée en 1878. Il est nommé sénateur à la fin de l’Empire, puis conseiller municipal de Croissy-sur-Seine. Augier figure à six mètres de hauteur sur un socle de pierre entouré de muses, est inauguré en 1897 à Valence. Il est détruit en 1942, pendant la Seconde Guerre mondiale, lorsque le métal constituant les statues est réquisitionné par les occupants allemands.

Portrait charge d’Émile Augier paru dans Le Trombinoscope de Touchatout en 1874. Augier débute avec La Ciguë, comédie en vers vouée au monde antique qui rencontre un vif succès. Il s’est inspiré d’une pièce de Ponsart qui l’a vivement impressionné. D’autres œuvres sont ensuite appréciées : d’abord L’Aventurière en 1848, puis Gabrielle en 1849, écrites en vers faits pour la déclamation. Il s’oppose aux amours adultères dans cette dernière pièce.

Plus tard, il se risque à décrire de façon satirique les mœurs bourgeoises, comme dans Les Effrontés ou Le Fils du Giboyer, ou encore La Contagion et décrit la mauvaise influence de la presse et les défauts des milieux cléricaux. Les Fourchambault rencontrent aussi un grand succès, ainsi que Le Gendre de M. Poirier qu’il écrit avec Jules Sandeau. Augier commence à publier son théâtre complet en 1876, avec des préfaces ou des prologues expliquant au public qu’il se veut observateur des mœurs de son époque, laissant sous-entendre qu’il en est aussi une sorte de traducteur et que pour cela il doit en montrer tous les maux intimes. Augier en 1856 par François-Joseph Heim. Portrait d’Émile Augier par Édouard Dubufe.

La Ciguë, comédie en 2 actes et en vers, Paris, Second Théâtre-Français, 13 mai 1844. Un Homme de bien, comédie en 3 actes et en vers, Paris, Théâtre-Français, 18 novembre 1845. L’Aventurière, comédie en 4 actes en vers, Paris, Comédie-Française, 1848. L’Habit vert, proverbe en un acte et en prose, avec Alfred de Musset, Paris, théâtre des Variétés, 23 février 1849. Gabrielle, comédie en 5 actes en vers, Paris, Théâtre-Français, 15 décembre 1849. La Chasse au roman, comédie-vaudeville en 3 actes, avec Jules Sandeau, Paris, théâtre des Variétés, 20 février 1851.

Sapho opéra en 3 actes, musique de Charles Gounod, Paris, Opéra, 16 avril 1851. Diane, drame en 5 actes en vers, Paris, Théâtre-Français, 19 février 1852. Philiberte, comédie en 3 actes et en vers, Paris, théâtre du Gymnase, 19 mars 1853. La Pierre de touche, comédie en 5 actes et en prose, avec Jules Sandeau, Paris, Théâtre-Français, 23 décembre 1853.

Poirier, comédie en 4 actes en prose, avec Jules Sandeau, Paris, théâtre du Gymnase, 8 avril 1854. Ceinture dorée, comédie en 3 actes, avec Édouard Foussier, Paris, théâtre du Gymnase-Dramatique, 3 février 1855. Le Mariage d’Olympe, pièce en 3 actes, en prose, Paris, théâtre du Vaudeville, 17 juillet 1855. La Jeunesse, comédie en 5 actes et en vers, Paris, Second Théâtre-Français, 6 février 1858. Les Lionnes pauvres, pièce en 5 actes, en prose, avec Édouard Foussier, Paris, théâtre du Vaudeville, 22 mai 1858.

Un beau mariage, comédie en 5 actes, en prose, avec Édouard Foussier, Paris, théâtre du Gymnase-Dramatique, 5 mars 1859. L’Aventurière, comédie en 4 actes en vers, Paris, Comédie-Française, 10 avril 1860. Les Effrontés, comédie en 5 actes, en prose, Paris, Théâtre-Français, 10 janvier 1861. Les Fils de Giboyer, comédie en 5 actes, en prose, Paris, Comédie-Française, 1er décembre 1862. Maître Guérin, comédie en 5 actes, en prose, Paris, Théâtre-Français, 29 octobre 1864.