L’Année du Maghreb, N° 7/2011 : Sahara en mouvement PDF

1958 est une année commune commençant un l’Année du Maghreb, N° 7/2011 : Sahara en mouvement PDF. 22 février : proclamation de la République arabe unie.


Algérie, Libye, Maroc, Mauritanie, Tunisie… Chaque année,
l’essentiel du Maghreb politique, économique, social et
culturel : les faits et les tendances… les mutations internes…
leurs perspectives… et le commentaire des chercheurs… mais
aussi la place du Maghreb dans les relations internationales et
les enjeux dont il est l’objet… avec en dossier de recherche
2011 une mise en perspective historique des mouvements qui
traversent aujourd’hui le Sahara et ses marges. La période qui
s’étend de la fin de l’année 2010 au début de 2011 constitue
une rupture dans l’histoire des régimes autoritaires arabes. Le
souffle des protestations sociales est parti de Tunisie et a
emporté le régime de Ben Ali le 14 janvier 2011, puis celui de
Moubarak en Egypte un mois plus tard. La Tunisie est donc au
coeur de la seconde partie de L’Année du Maghreb qui traite
de l’actualité maghrébine. Si l’onde de choc de la « révolution »
tunisienne a occulté les enjeux sahariens, le Sahara constitue
toujours un sujet de préoccupations des médias occidentaux :
refuge d’al-Qaïda au Maghreb, cette région est analysée en
termes strictement sécuritaires. Zone d’instabilité, le Sahara est
perçu comme l’aire de jeu des terroristes et le lieu de passage
des « hordes d’émigrés » en partance pour l’Europe. Le dossier
de recherche de L’Année du Maghreb, coordonné par
Dominique Casajus et ancré dans une perspective historique,
donne du Sahara l’image beaucoup plus nuancée d’une région
en mouvement. Aire géographique nourrissant les utopies
techniciennes et littéraires, le Sahara a toujours été pris dans
un réseau de relations, inséparables de ses marges. Alors que
l’Europe de Schengen s’obstine à voir dans le Sahara un lieu
vide dont il faut à tout prix empêcher qu’il ne soit traversé, il
est en réalité une zone où poussent les villes, se déploient des
réseaux commerçants transnationaux, se développent des
échanges licites et des trafics illicites, s’affirment des
mouvements politiques qui instrumentalisent les Etats et/ou
sont instrumentalisés par eux.

13 mai : Grande manifestation à Alger en faveur de l’Algérie française. Mai : lancement du Grand Bond en avant en Chine. 27 novembre : début de la crise de Berlin. 6 mai : Sylvanus Olympio est nommé Premier ministre du Togo dans le cadre de la Communauté. 26 août : réception du Général de Gaulle à Dakar.

2 octobre : indépendance de la Guinée octroyée par la France. La totalité des territoires d’outre-mer, sauf la Guinée, a approuvé la constitution lors du référendum du 28 septembre. 17 novembre : coup d’État militaire au Soudan du général Ibrahim Abboud. 13 janvier : une compagnie de la Légion espagnole tombe dans une embuscade à Edchera, lors guerre d’Ifni, au Maroc. 37 espagnols sont tués, 49 sont blessés.

Soldats de la guerre d’Algérie en 1958. Le gouvernement tunisien proteste et exige l’évacuation des bases militaires françaises. 13 mai : à Paris, l’Assemblée nationale accorde sa confiance au gouvernement de Pierre Pflimlin, qui condamne la torture et envisage de négocier avec le FLN, ce qui provoque des émeutes insurrectionnelles à Alger. L’immeuble du gouvernement général à Alger est investi par les manifestants. 15 mai : le général Salan fait appel au général de Gaulle. 16 mai : l’Assemblée nationale instaure l’État d’urgence. 4 – 7 juin : premier voyage du général de Gaulle en Algérie.