L’affaire Treiber PDF

Katia Lherbier et Géraldine Giraud, la fille de Roland Giraud. Après l’ouverture d’une information judiciaire pour enlèvements, séquestrations, vols et escroqueries, les policiers, dirigés par le commandant de police Michel Cunault, déterminent partiellement l’immatriculation d’une Peugeot 205 cabriolet blanche l’affaire Treiber PDF le conducteur a utilisé la carte bleue de Géraldine Giraud à une station-essence disposant d’une caméra de vidéosurveillance. Il est interpellé en Seine-et-Marne, les policiers du SRPJ de Dijon découvrant les cartes bancaires des jeunes femmes dans son portefeuille.


Hiver 2004 : Géraldine, la fille de l’acteur Roland Giraud, a disparu, avec son amie Katia Lherbier. Très vite, le policier en charge de l’enquête, Michel Cunault, pressent qu’un malheur est arrivé. Quand les cadavres sont retrouvés dans un puisard, les soupçons se portent sur le propriétaire du terrain, le garde-chasse Jean-Pierre Treiber. Celui-ci est un homme roublard, qui joue sur un physique défavorisé. Il n’avoue pas, il n’avouera jamais, préférant s’enfoncer dans des mensonges sans fin. Son évasion de la prison d’Auxerre, en septembre 2009, ridiculise la police : les plus hautes autorités de l’État interviennent. Michel Cunault, qui a littéralement radiographié le prévenu, se remet en chasse. Et le retrouve. Désormais, ce sera à la justice de trancher : Treiber a-t-il eu des complices ? A-t-il agi sur ordre ? Il n’est pas interdit de penser que la tante de Géraldine Giraud, Marie-Christine Van Kampen, a commandité une expédition punitive (vengeance lesbienne) qui a mal tourné… Mais en février 2010, Treiber est retrouvé pendu dans sa cellule. L’action de la justice est éteinte, Marie-Christine Van Kampen bénéficie d’un non-lieu et est remise en liberté.

Voici l’affaire racontée par celui qui en a dénoué tous les fils, l’affaire qui, après trente ans de service, a bouleversé le commandant Cunault, et qui lui a mis un goût amer dans la bouche. Sans remettre en question une décision de justice, Michel Cunault, policier d’élite, enquêteur chevronné, désormais en retraite, pointe toutes les insuffisances de la machine administrative, les ratés du dossier, les éléments peu connus du public, et livre son intime conviction.

A vous de juger…

Treiber travailler à la pelle mécanique dans son jardin, les policiers perquisitionnent sa propriété. Pavillon Treiber où les corps furent découverts. Le 20 décembre 2004, alors que l’on célèbre les obsèques de Géraldine Giraud, deux jours après celles de sa compagne, il est mis en examen pour assassinat. En 2011, Michel Cunault, le commissaire de police de la PJ de Dijon chargé de l’enquête, publie un livre préfacé par Roland Giraud : dans le dernier chapitre, il suspecte fortement Marie-Christine Van Kampen.

La sœur de Maaike, l’épouse de Roland Giraud, est une cantatrice et professeur de chant qui entretient avec son beau-frère des relations haineuses. Lors des auditions de Treiber, ce dernier révèle qu’il connaissait des détails de la vie intime de Géraldine Giraud, notamment son cancer et cette histoire d’abus sexuels. Michel Cunault pense que c’est Marie-Christine Van Kampen qui a révélé à Treiber ce secret familial. De plus, la professeur de chant dépend financièrement des Giraud, qui la logent à Sens.

Treiber mentionnant des détails de la vie de Géraldine, faits rendant incohérente la possibilité d’une agression hasardeuse. Indépendamment de ses déclarations, les actes immédiats de Treiber font sens. Treiber révèle dans le livre paru à l’automne 2009 que dès le début du mois de septembre 2004, son mari lui avait fait part de ses troubles quant à se lancer dans un projet qui lui avait alors semblé le dépasser, projet dont il lui reparlera les semaines suivantes en lui disant qu’il a promis et ne s’y dérobera pas aussi que ses événements en seront largement médiatisés. Je ne me suis pas évadé, j’ai repris une petite partie de les assassins, « les vrais » m’ont volé, car je ne supportais plus la détention, étant au bord du suicide, ce qui aurait arrangé les affaires des coupables et des personnes qui ont instruit cette affaire à charge contre moi. J’avais confiance en la justice mais je me suis trompé, on s’est acharné sur moi, sur mon entourage, en oubliant d’approfondir les relations de Géraldine. Fleury-Mérogis, où il était détenu en quartier d’isolement depuis son arrestation.

Un message a été découvert dans sa cellule :  J’en ai marre d’être pris pour un assassin et privé de ceux qui me sont chers. La vie ne m’a rien pardonné ce que je regrette. Selon France Info,  Jean-Pierre Treiber avait à plusieurs reprises fait part de ses intentions suicidaires. Jean-Pierre Treiber s’est suicidé , sur Europe1.

Patricia Tourancheau,  Treiber, tueur présumé pour toujours , sur Libération. L’affaire Treiber, Du Rocher, 17 février 2011, 258 p. Me Dupond-Moretti :  On peut s’évader et être innocent ! Peines de prison pour les amis de Treiber – Le Figaro, le 12 avril 2012. Les complices de Jean-Pierre Treiber condamnés – yonne. Christophe Gautier et Stéphane Munka, L’Affaire Giraud, une histoire de femmes, éd. L’ex-femme du suspect no 1 de l’affaire Giraud parle, éd.

Géraldine Giraud, Katia Lherbier : l’enquête  le 2 octobre 2005 date dans Secrets d’actualité sur M6. 15 octobre 2008 et le 24 juin 2009 dans Enquêtes criminelles : le magazine des faits divers sur W9. La cavale de Jean-Pierre Treiber  le 22 novembre 2009 dans 66 Minutes sur M6. Affaire Giraud-Treiber : la vérité est-elle possible ? 6 avril, le 8 juillet 2010, le 14 et le 23 janvier 2011 dans 90′ faits divers sur TMC. L’affaire Giraud  le 14 décembre 2010 dans 90′ faits divers sur TMC. Lherbier  le 20 février 2011 dans Faites entrer l’accusé présenté par Christophe Hondelatte sur France 2.