GUIDE DE SANTE DU 3E AGE PDF

L’Agence a changé plusieurs fois de nom depuis sa création. Elle GUIDE DE SANTE DU 3E AGE PDF nomme Agence du médicament de 1993 à 1999.


Depuis 2012, elle a pris le nom d’Agence Nationale de Sécurité du Médicament et des produits de santé. L’agence compte environ 1 000 salariés auxquels s’ajoutent 2 000 experts réguliers ou occasionnels. Agence du médicament  de 1993 à 1999. Elle garantit, au travers de ses missions de sécurité sanitaire, l’efficacité, la qualité et le bon usage de tous les produits de santé destinés à l’Homme. L’ANSM autorise et contrôle aussi l’usage, notamment à des fins de recherche scientifique, de substances dangereuses soumises au risque de détournement à des fins de bioterrorisme.

L’ANSM a aussi pour mission de contrôler la communication publicitaire ou non faite autour des produits de santé ainsi que de participer elle-même à des campagnes d’information dans le domaine de la santé. Sa mission de  contrôle de la publicité  l’amène à examiner le contenu des messages promotionnels des firmes pharmaceutiques destinés aux professionnels ou au grand public. L’ANSM assure la gestion et l’évaluation des essais cliniques portant sur les produits de santé mais aussi, depuis 2008, des recherches biomédicales hors produits de santé. Elle s’assure en particulier que ces recherches ne mettent pas en danger les personnes qui s’y prêtent. Le nombre de décès pourrait dépasser les 1500. Janvier 2016 – Essai clinique de Rennes. Lors d’un essai clinique validé par l’ANSM six hommes âgés de 28 à 49 ans sont victimes de troubles neurologiques graves entraînées par des lésions profondes dans le cerveau.

Ils participaient à un essai clinique de phase 1 réalisé par le centre de recherche privé Biotrial, agréé par le ministère de la Santé et inspecté à deux reprises au cours de visites de routine menées par l’Agence Nationale de Sécurité du Médicament. Le principe actif de cet antiépileptique causerait des malformations fœtales chez les femmes enceintes et cet avertissement ne serait apparu sur les notices qu’en 2006. Le traitement est quotidien et doit être pris à vie par les personnes ayant subi une ablation de la thyroïde. Suite au changement d’un excipient de la formule, demandé par l’ANSM et réalisé par le fabricant Merck en février 2017, des milliers de personnes se sont plaintes d’effets secondaires.