Gorbatchev PDF

Cet article est une ébauche concernant l’URSS. Raïssa Maximovna Titarenko naît en Sibérie le 5 janvier 1932 à Roubtsovsk d’un père employé des chemins de fer. Partie pour Gorbatchev PDF en 1978, elle délaisse son travail d’enseignante en philosophie.


Au terme de trois années d’enquête, le journaliste et écrivain d’histoire Bernard Lecomte raconte la vie d’un des géants de la fin du XXe siècle, qui restera dans l’Histoire comme le fossoyeur du communisme : Mikhaïl Gorbatchev. Parvenu en 1985 à la tête du Parti communiste de l’Union soviétique, le jeune successeur de Staline, Khrouchtchev et Brejnev avait deux objectifs : moderniser le système communiste, et éviter l’éclatement de l’Empire soviétique. Les réformes qu’il entreprend dans ce double but – la « perestroïka » – ont abouti, contre son gré, à la chute du Mur de Berlin en 1989 et à l’effondrement de l’URSS en 1991. Prix Nobel de la paix, personnage ambigu et attachant, Mikhaïl Gorbatchev reste un mystère : a-t-il voulu mettre fin à la plus puissante idéologie du siècle, ou a-t-il été dépassé par les événements qu’il a provoqués ? A cette question-clef qui divise les historiens, Bernard Lecomte apporte des réponses précises et parfois surprenantes.

Elle devient membre du présidium du Fonds soviétique de la Culture en 1986. Elle est inhumée au cimetière de Novodevitchi de Moscou. Rechercher les pages comportant ce texte. La dernière modification de cette page a été faite le 31 octobre 2018 à 01:01.

Résolument réformateur, il s’engagea à l’extérieur vers la fin de la guerre froide, et lança à l’intérieur la libéralisation économique, culturelle et politique connue sous les noms de perestroïka et de glasnost. Mikhaïl Gorbatchev est originaire du Caucase du Nord dans le kraï de Stavropol. Il est libéré fin 1938, et redevient président du kolkhoze en 1939. Mikhaïl est profondément marqué par cet épisode :  Ce fut dans mon enfance que je connus mon premier véritable choc : mon grand-père fut arrêté. Après ses études de lycée, il travaille au côté de son père comme conducteur de moissonneuse-batteuse. Il adhère d’abord aux jeunesses communistes, le Komsomol, puis au parti communiste en 1950. Politburo en 1980, à l’âge de 49 ans.

1970, le KGB dirigé par Iouri Andropov, diligenta une enquête confidentielle pour évaluer le PNB soviétique selon les critères qualitatifs occidentaux et non plus seulement en volume comme le voulait la tradition soviétique. L’Union soviétique était ainsi confrontée à une situation géopolitique nouvelle et relativement inquiétante. URSS n’a pas d’autre choix que de songer à une détente et au désarmement. Mikhail Gorbatchev et Ronald Reagan à Reykjavik en 1986. Consciente du danger, la direction vieillissante du PCUS porte au pouvoir le représentant d’une nouvelle génération — Gorbatchev a 54 ans — mais formé et testé à l’école du parti.

Accédant au poste de Secrétaire général du Parti communiste de l’Union soviétique le 11 mars 1985, Gorbatchev tente d’insuffler une nouvelle jeunesse à l’économie de l’URSS. Il s’efforce de sauver le système par des réformes structurelles très profondes par rapport aux principes léninistes classiques. Gorbatchev prend la parole au palais des congrès du Kremlin le 1er février 1987. Gorbatchev tire son inspiration d’Alexandre Nikolaïevitch Iakovlev, ancien ambassadeur au Canada, qui lui fit prendre conscience de la faillite du système soviétique dans le domaine agricole puis, de façon plus générale, dans sa stratégie de confrontation avec l’Occident. La seconde NEP qu’il tente de promouvoir échoue devant une opposition au sein du parti. 8 décembre 1987 : Gorbatchev et Reagan signent le Traité sur les forces nucléaires à portée intermédiaire. Gorbatchev propose d’ouvrir le dialogue avec Reagan et d’accélérer la normalisation des relations avec la Chine.

Ronald Reagan au sujet des armes nucléaires, l’Union soviétique acceptant de suspendre ses essais nucléaires souterrains. Gorbatchev prend l’initiative des traités de désarmement qui seront à l’origine de la rupture de l’équilibre de la terreur, installé depuis 1945. En 1986, il propose un plan d’élimination des armes nucléaires à l’horizon 2000. La décision devient effective un an plus tard. 31 juillet 1991 : Gorbatchev et Bush signent l’accord START I.

Un journaliste lui demande :  Voudriez-vous qu’on élimine celui de Berlin ? Gorbatchev répond très sérieusement :  Pourquoi pas ? L’URSS a également ses têtes brûlées qui veulent changer le socialisme du jour au lendemain. Dans le monde communiste, il garde un allié en la personne de Fidel Castro, qu’il rencontre trois fois de 1986 à 1989, malgré ses réserves à l’égard de la Perestroïka : pratiquement jusqu’à sa chute en septembre 1991, Gorbatchev résiste aux pressions extérieures et intérieures voulant l’obliger à lâcher Cuba économiquement et militairement. En 1990, il reçoit le prix Nobel de la paix pour sa contribution à la fin de la guerre froide.

Entre-temps, la situation économique s’est aggravée, situation due pour partie à la chute des cours des produits pétroliers que le pays exporte, ainsi qu’à la gabegie régnante. Ses réformes donnent des résultats plutôt mitigés. En mars 1990, Gorbatchev fait une réforme constitutionnelle : il crée un poste de Président de l’URSS et diminue le rôle dirigeant du chef du Parti communiste de l’Union soviétique. Pourtant, le 1er mai de la même année, il est hué par certains de ses concitoyens.

En effet, il est très impopulaire aux yeux des conservateurs du Parti qui le considèrent comme le fossoyeur du régime soviétique. Boris Eltsine sur un char pendant le putsch de Moscou en 1991. Parti communiste soviétique qui l’enferment dans sa résidence d’été. Dans ses Mémoires, Gorbatchev écrit amèrement :  De Foros , j’ai eu une conversation avec le président Bush. François Mitterrand devait m’appeler, il ne l’a pas fait.