Bowie: L’autre histoire PDF

Cet article est une ébauche concernant une personnalité américaine. Si bowie: L’autre histoire PDF bandeau n’est plus pertinent, retirez-le. En pratique : Quelles sources sont attendues ?


Bowie génie.
Bowie junkie.
Bowie fasciné par l’occultisme et la magie noire.
Bowie, l’ami intime et colocataire d’Iggy à Berlin.
Un Bowie double, triple, imitateur et imité.
Le vrai Bowie probablement, à l’image de celui de Lazarus, son dernier album, qui avoue à demi-mot l’impensable : Bowie n’est pas « tout à fait » mort.

Anecdotes inédites, vérités qui dérangent ou évidences artistiques, le Bowie de Patrick Eudeline est un événement musical et littéraire.

Patrick Eudeline est chanteur, guitariste, dandy punk, écrivain « gonzo » (Rock & Folk, Actuel, Technikart, Paris-Match…). Romancier, il a côtoyé Burroughs, Sollers, Kristeva, Despentes ou Houellebecq. C’est une figure unanimement respectée du monde du rock.

Il inspira David Bowie dans le choix de ce pseudonyme. Né dans le comté de Logan au Kentucky, Bowie passa la plus grande partie de sa vie en Louisiane, où il fut élevé et se livra plus tard à des spéculations foncières. Sa réputation commença en 1827 avec le fameux  Combat sur le banc de sable . Cette affaire, qui avait commencé par un duel entre deux autres hommes, dégénéra en une mêlée au cours de laquelle Bowie, blessé d’une balle et atteint d’un coup de poignard, tua avec son grand couteau le shérif de la paroisse des Rapides. Ce qui scella la réputation de Bowie, ce fut son rôle dans la révolution texane.

Après s’y être installé, en 1830, il était devenu citoyen mexicain et avait épousé la fille du vice-gouverneur de la province. Sa gloire au Texas s’accrut à la suite de son expédition manquée pour retrouver une mine perdue légendaire, car le petit groupe qu’il commandait repoussa l’attaque d’une importante troupe d’Amérindiens. Quelques mois plus tard, une épidémie de choléra atteint le Texas. Craignant que la maladie n’atteigne San Antonio, Bowie envoya sa femme enceinte et leur fille à Monclova pour se réfugier chez ses parents et son frère John. L’année suivante, en 1833, le gouvernement mexicain fit passer de nouvelles lois pour autoriser la vente de terrains au Texas, et Bowie retourna à ses activités de spéculations foncières.

Il fut désigné délégué foncier du Texas et chargé de promouvoir l’installation dans les terres achetées par John T. Les  Anglos , au Texas, commencèrent à se révolter et à prendre le parti de la guerre contre Santa Anna : Bowie travailla avec William B. Travis, le chef du parti pour la guerre, afin de gagner du soutien. Il visita en outre plusieurs villages amérindiens dans l’est texan afin de persuader les tribus amérindiennes, réticentes, de combattre avec eux contre le gouvernement mexicain. La révolution texane commença le 2 octobre 1835, avec la bataille de Gonzales.

Au matin brumeux du 28 octobre, le général mexicain Domingo Ugartechea conduisit une force d’infanterie de 300 hommes et de cavaliers et deux petits canons contre les forces texanes. Bien que l’armée mexicaine réussisse à attendre la portée de 200 m, les positions texanes défensives les protégeaient du feu. Mettez-vous à l’abri les gars, et gardez vos réserves de feu : nous n’avons pas un homme à gaspiller. Une heure après la fin de la bataille, Austin arriva avec les restes de l’armée texane et commença le siège de San Antonio de Béxar, où le général Martín Perfecto de Cós, commandant général des forces mexicaines au Texas, et ses troupes, étaient en garnison. Le 3 novembre 1835, le Texas se déclara État indépendant, et un gouvernement provisoire fut formé avec Henry Smith, de Brazoria, élu gouverneur provisoire.

Austin demanda à être relevé de ses fonctions dans l’armée et Sam Houston fut nommé chef de l’armée. Houston offrit à Bowie une commission comme officier dans son état-major, mais Bowie rejeta l’offre, expliquant qu’il voulait prendre part aux combats. Il s’engagea donc dans l’armée comme simple soldat, sous les ordres de Fannin. Il se distingua à la bataille de Grass Fight le 26 novembre.

Peu après, Bowie quitta San Antonio, Ben Milam conduisit un assaut sur la ville. Dans la bataille qui s’ensuivit, les Texans n’eurent à déplorer que peu de blessés, tandis que l’armée mexicaine perdit beaucoup de troupes, soit qu’elles aient déserté, soit à cause des morts. Cos se rendit et retourna à Mexico, emmenant avec lui les dernières troupes mexicaines du Texas. Au début du mois de janvier 1836, Bowie alla à San Felipe et demanda au conseil de l’autoriser à recruter un régiment. Article détaillé : Siège de Fort Alamo. Bowie offrit alors de mener les volontaires défendre Fort Alamo de l’attaque. Il arriva avec 30 hommes, le 19 janvier, et ils retrouvèrent 104 hommes équipés de quelques armes et canons mais peu de provisions et de poudre.