Bourdieu et la démocratisation de l’éducation PDF

Articles détaillés : Éducation au Bourdieu et la démocratisation de l’éducation PDF Âge en occident et Essor des écoles chrétiennes en Occident. En réalité, son capitulaire Admonitio generalis promulgué le 23 mars 789 prend notamment comme décision majeure la restauration d’écoles monastiques ou épiscopales. Leçon dans une université médiévale : un docteur en droit canon et ses élèves. Tant au Moyen Âge que pendant la Renaissance, l’enseignement se fait entièrement en latin.


Au cours de leur itinéraire de formation, les élèves issus des classes sociales les plus défavorisées sont, dans leur grande majorité, progressivement éliminés, et cela à partir d’un système de reproduction des inégalités, constitué et perpétué par l’institution scolaire. Cette lecture, qui s’oppose en tous points à la démocratisation de l’éducation, s’explique par une nouvelle conception de la pédagogie qui décentre la question de l’éducation vers la notion de communication et de culture, pour s’affirmer comme violence symbolique. Cette imposition arbitraire s’effectue de façon dissimulée et déguisée, ce qui renforce sa légitimité et son efficacité. Il ne s’agit pas toutefois d’un fatalisme mais d un ensemble de mécanismes sociaux dont la connaissance devient la condition de possibilité d’un monde plus juste.

Article détaillé : Éducation à l’Époque moderne. Le roi Louis XIV oblige les parents de France à envoyer leurs enfants dans les écoles paroissiales, dites  petites écoles  . Demoiselles de Saint-Cyr, gravure de Nicolas Bonnard entre 1680 et 1715. Cette éducation se fait en français, tant par les  Frères des écoles chrétiennes  que dans les  Petites Écoles  de Port Royal. Dans les campagnes, dans les écoles destinées à l’alphabétisation des enfants pauvres, l’apprentissage de la lecture se fait à partir de livres de prières en latin et en patois, l’enseignement se fait aussi en langue locale. Dans les grandes villes sont créés des collèges tenus par des ordres religieux. Ils s’émancipent avec plus ou moins de difficultés des universités.

L’enseignement s’y fait exclusivement en latin, tandis que les Oratoriens acceptent un peu de français. Révolution, le français commence à s’étendre à l’enseignement des mathématiques, des sciences, de la philosophie. C’est aussi avant la Révolution que sont créés les premiers établissements de formation supérieure spécialisée, notamment pour le génie, et qui préfigurent les grandes écoles. En l’an II la Convention vote le 5 nivôse an II un texte fondateur, qui rend l’enseignement laïque et gratuit. Louis Joseph Charlier fait ajouter un amendement rendant l’enseignement obligatoire en France. La situation change avec les restrictions opposées à l’enseignement religieux. Les universités sont supprimées en 1793 et remplacées à partir de 1794 par des écoles professionnelles : écoles de droit et de médecine.