Autopsie du sauvage PDF

Victor, the salvage of Aveyron, end XVIIIe. Premier portrait de Victor, décrit comme ayant 26 cicatrices tant au corps qu’à la tête. Victor de l’Aveyron est un enfant sauvage français, trouvé dans l’Aveyron alors qu’il a environ douze ans et mort à Paris en 1828. Né autopsie du sauvage PDF 1790, peut-être dans le Tarn, il s’est réfugié dans l’Aveyron.


Victor de l’Aveyron a été rétrospectivement décrit comme un enfant autiste, probablement abandonné par sa famille. Controverse : enfant sauvage ou enfant martyr ? En 1797, un enfant d’environ 9-10 ans est aperçu dans le Tarn, mais ce n’est que deux ans plus tard qu’il sera attrapé par des hommes et des chiens après s’être bien débattu, escorté au village de Lacaune et recueilli par une veuve. Il fugue au bout d’une semaine.

En 1799, durant l’hiver, l’enfant passe du Tarn à l’Aveyron. Il s’enfuit, sort des bois et se réfugie dans la maison du teinturier Vidal, à Saint-Sernin-sur-Rance. Il ne parle pas et fait des gestes désordonnés. Le docteur Jean Marc Gaspard Itard.

C’est l’abbé Bonnaterre, naturaliste, qui le récupère et l’emmène à l’École centrale. Le ministre Lucien Bonaparte réclame son transfert à Paris. Personne ne croit à sa réinsertion sociale, mais Itard s’attelle à la tâche. Pendant cinq années, il travaille à la réinsertion sociale de cet enfant, mais considère comme un échec personnel son incapacité à parler. Victor est confié à une certaine madame Guérin qui reçoit une pension annuelle de 500 francs et le soigne pendant 17 ans, de 1811 à sa mort en 1828, dans une maison de l’impasse des Feuillantines à Paris.